Les français.es raffolent des produits laitiers. Nous serions près de 80% à en consommer tous les jours, et numéro un sur le podium mondial des mangeurs de beurre et de fromage, pas si étonnant, ces produits ayant un certain ancrage dans notre héritage culinaire. Si la consommation générale des produits laitiers continue de bien se porter en France (merci à l’excellente propagande des lobbyistes du lait), qu’en est-il de la production ? La crise du lait de 2015 est toujours palpable pour les éleveurs français  (en…Lire la suite de « La ferme de Poulprenn: un exemple d’élevage paysan »

1 juillet 2019, tour de Bretagne à vélo Je reconnais mon erreur. Dire que la Bretagne est « relativement plate », et que « ça va être easy à vélo », c’était vraiment mal jauger la géographie de mes terres. Ce 1er juillet, je pars de Pontivy à midi, après avoir tranquillement découvert son marché et m’être régalée d’une galette chèvre-miel. Mon application gps m’indique 50kms à parcourir, moins que d’habitude, je me dis ça va aller vite, et, bien sûr, je ne fais pas attention à la topographie. J’aurais…Lire la suite de « Trémargat cultive la solidarité »

Guidel, juin 2019, chez les « biosemeurs de sens » 9 heures, la chaleur se fait déjà sentir. La canicule a fini par arriver en Bretagne. Pour ma première journée d’activités maraîchères, nous commençons par les récoltes. Je découvre le joli terrain de la famille, accolé à leur maison. Je laisse échapper un son spontané d’émerveillement, ce à quoi Jérôme me répond qu’ils ont souhaité penser l’esthétique de leur projet, qu’il était important pour eux d’imaginer le beau, d’être bien dans leur espace de travail et de…Lire la suite de « De consomm’acteur à paysan, semer des graines de changement »

JUIN 2019Après cinq jours intenses de vélo, et en grande partie sous la pluie, j’arrive à Anetz (attention à ne pas prononcer le z!), entre Angers et Nantes. Rencontre avec une famille de bons vivants, attachante et passionnée, qui aime partager leur amour pour la vigne et le vin.Domaine de la Paonnerie, Agnès, Jacques et Marie Carroget. Chez les Carroget, il y a souvent de l’animation, ça bouge tout le temps, c’est vivant. Je l’ai compris le soir même de mon arrivée, lorsque deux des…Lire la suite de « Du vivant en bouteille »

Résumé: Quand on parle de cuisine mexicaine, vient immédiatement à l’esprit la fameuse tortilla, cette galette de maïs aux multiples usages. A moins d’avoir eu la chance de voyager au Mexique (et dans certains pays centre-américains), vous avez certainement goûté des tortillas industrielles, certainement faites à base de blé, et probablement achetées avec un kit de préparation pour burritos, un plat en réalité « Tex-Mex ». Consommée dans les quatre coins du monde, en particulier dans les points de restauration rapide, la tortillla mexicaine a été déracinée et décontextualisée de son lieu d’origine. Elle est pourtant la représentation des liens très forts entre le maïs et les peuples mexicains. La transformation du maïs en tortilla, de manière artisanale, n’a d’ailleurs que peu changée depuis l’époque précolombienne. Et pourtant, aussi  bien  la diversité des maïs mexicains, que  la fabrication manuelle de la tortilla sont menacées ;  entre d’une part le développement d’une agriculture industrielle, privilégiant les maïs hybrides et transgéniques et, d’autre part, un processus de  modernisation exacerbé, qui laisse peu de place à des fabrications artisanales et de qualité et  pousse la consommation de tortilla à la baisse, au profit de pains industriels.

Alors qu’est ce qui fait une bonne tortilla ? Je vous propose un voyage culinaire en plusieurs épisodes, du champ à l’assiette, et à la rencontre d’Emma et Abel, qui défendent le « bon maïs ».

Lire la suite de "Du maïs à la tortilla: la défense de l’identité mexicaine #1"